Le RHDP repond à gbagbo

Faire preuve de fermeté et de détermination, tel est l`objectif que s`est fixé le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) en réaction à la décision unilatérale du président Laurent Gbagbo de dissoudre et le gouvernement et la Commission électorale indépendante (Cei). Comme l`a souligné le président du Rdr Alassane Ouattara au sortir de la brève rencontre qu`il a eue avec le président du Pdci-Rda Henri Konan Bédié dimanche soir, il a remis le couvert hier matin. Cette fois-ci, avec la participation des deux autres présidents des partis composant le Rhdp, le Mfa et l`Udpci. Ainsi se sont retrouvés autour du président Henri Konan Bédié, les présidents Alassane Ouattara du Rdr, Anaky Kobena Innocent du Mfa et Albert Mabri Toikeusse de l`Udpci. Pendant une heure d`horloge (10h20-11h20mn), assistés des secrétaires généraux de leur parti respectif, tous membres du directoire du Rhdp, ils ont passé au peigne fin la situation politique nationale et examiné son évolution. Les quatre grands du Rhdp ne se sont pas départis de la logique affichée, samedi dernier, par le directoire. Mais mieux, ils ont poussé d`un cran l`adrénaline pour maintenir la pression. Ils ont ainsi de prime abord coupé court aux supputations nées de la participation ou non du Rhdp au nouveau gouvernement annoncé par Laurent Gbagbo. Par la voix du président du directoire, les leaders du Rhdp ont clairement indiqué leur priorité qui est d`abord la Commission électorale indépendante (Cei). "Les leaders du Rhdp, après la déclaration du directoire viennent de se concerter à la suite des rencontres qu`ils viennent d`avoir avec M Soro Guillaume et le représentant du facilitateur. Ils établissent comme priorité numéro un, le règlement du problème de la Commission électorale indépendante. C`est le vrai problème parce que nous voulons aller à des élections. Donc, il faut que la Commission électorale indépendante soit d`abord rétablie dans ses droits avant d`envisager quelque autre mesure que ce soit. Ils demandent aux militants en attendant la tenue très prochainement d`un bureau politique, de rester mobilisés à suivre tous les mots d`ordre qui ont été indiqués dans la déclaration du directoire du Rhdp. A savoir si après consultation du facilitateur on ne revenait pas à la norme établie par les accords, alors nous récusons le président Gbagbo qui, pour nous, ne sera plus président de la Côte d`Ivoire et chef de l`Etat. Mais si nous revenons dans les accords, alors le Rhdp avisera" a martelé Pr Alphonse Djédjé Mady. Aussi, a-t-il ajouté : "La Commission électorale indépendante doit être fonctionnelle pour nous conduire le plus rapidement possible comme convenu le 03 décembre dernier, aux élections d`ici le mois de mars. Dans la formule de Pretoria et de Ouagadougou, la Commission électorale indépendante doit être rétablie pour continuer son travail. Nous n`attendons pas une autre commission électorale d`une autre taille. Nous voulons la commission qui était là pour qu`elle termine son travail". Pour le Rhdp, au dire du président du directoire, "il n`y a pas de problème de nouveau gouvernement si le problème de la Commission électorale indépendante n`est pas réglé. Il faut faire dans l`ordre établi. Le problème qui existe et qui est le vrai, c`est le problème du processus électoral et la fonctionnalité de la commission électorale indépendante. Le reste n`est que détail. Si ce problème n`est pas réglé, on fera le gouvernement sans nous" a-t-il dit.

Paul Koffi ; Le Nouveau Réveil

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site