Drame au Plateau La responsabilité, une notion floue

Pour commencer à créer votre page, cliquez ici et entrez votre

La Côte d’Ivoire vient d’être endeuillée par la disparition tragique d’une soixantaine de citoyens partis assister à des feux d’artifice dans la nuit de la St-Sylvestre. Le gouvernement ivoirien a confié l’enquête à la police judiciaire. Une décision logique et qui va de soi, mais qui peut être perçue comme un faux-fuyant. Si une enquête est nécessaire pour établir les circonstances exactes du drame et les coupables qui y ont contribué, les responsables, eux sont connus et se connaissent. Mais ils ne semblent pas prêts à assumer une quelconque responsabilité, ce qui équivaudrait dans leur esprit à un aveu de culpabilité. Or, tel n’est pas le cas. Le samedi 17 novembre dernier, une collision entre un autocar scolaire et un train a fait 49 morts, dont 47 enfants à Manfalout, dans le centre de l’Égypte. Ce drame a entrainé non seulement la démission du ministre des Transports, mais aussi celle du chef de l’Autorité des chemins de fer. En Chine, dès le lendemain de la collision entre deux TGV, trois responsables du bureau des chemins de fer de Shanghaï, dont dépend Wenzhou, ont été limogés. Enfin l’affaire du sang contaminé en France est un cas d’école en matière de responsabilité. On se souviendra que pour sa défense, Georgina Dufoix, qui était ministre des Affaires sociales au moment des faits, employa sur TF1 la désormais célèbre formule « responsable, mais pas coupable ». C’est justement au nom de ce principe que le ministre égyptien des Transports démissionna. C’est également au nom de ce principe que Barak Obama, lors du débat télévisé durant la compagne présidentielle, annonça qu’il assumait l’entière responsabilité des incidents qui avaient causé la mort de l’ambassadeur américain à Benghazi. Il s’agit d’une responsabilité qui n’est ni pénale, ni synonyme de culpabilité. Il s’agit d’une responsabilité morale. Elle n’implique pas forcément une faute directe même si cela peut parfois être le cas. Assumer cette responsabilité morale en cas d’échec ou de déconvenue nécessite une force et une grandeur d’âme. Après le drame de la St-Sylvestre, l’impression générale chez les Ivoiriens est que personne ne se sentira suffisamment humble pour assumer ce type de responsabilité qui d’ailleurs semble inconnue chez nous. Car comme le dit un internaute sur Twitter «les dirigeants aiment le miel, mais ne connaissent pas les abeilles». Pour sûr, nos dirigeants manqueront de courage moral pour assumer leurs responsabilités. C’est le District d’Abidjan qui a organisé ce spectacle de feux d’artifice. De toute évidence, il y a eu des manquements graves au niveau de l’organisation. L’enquête livrera sans doute ses conclusions dans quelques jours. Quelques subalternes recevront des blâmes ou pire. Une prise en charge sera offerte aux victimes. La vie continuera comme avant. Comme elle a continué après l’accident du bus de la Sotra le 5 aout 2011 et dont l’enquête n’a encore livré aucune conclusion. En attendant qu’un jour nos responsables acceptent d’être responsables.

Jacques Nagnin.T, MIS EN LIGNE PAR CONNECTIONIVOIRIENNE.NET

texte

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site