Côte-d'ivoire : Calcul mental au sommet de l'État

Vétuste désormais, le souvenir de ces retrouvailles historiques. Simone Gbagbo, l’intransigeante première dame de Côte d’Ivoire, partisane d’une paix au bout du fusil, et Sidiki Konaté membre influent des FN, partageaient une même scène de danse à Yopougon pour célébrer la fin de la guerre. Quelques jours avant c’est un Laurent des grands jours, qui avait exécuté des pas de danse à Bouaké pour marquer le même événement. Au nom de la paix retrouvée, le chef de l’état a sillonné toute la partie nord de la Côte-d’Ivoire sous contrôle des forces nouvelles. A son passage, les troupes disciplinées des Forces Nouvelles lui avaient rendu les honneurs dus à son rang de chef-suprême-des-armées.

Aucun coup de feu, aucun pétard n’a résonné, aucun incident n’a émaillé cette visite d’Etat du président Gbagbo dans le nord du pays. Dans toutes les régions visitées, Gbagbo a annoncé la même bonne nouvelle : « Allez dire partout que la guerre est finie. » A sa suite, Simone Gbagbo, Mamadou koulibaly, Laurent Dona Fologo, Affi N’guessan Pascal ont longuement séjourné dans le nord sans être inquiétés par qui que ce soit. Blé Goudé a d’ailleurs passé des nuits tranquilles à Bouaké à la résidence de Wattao.

D’où viennent alors ce soudain regain de violence verbale et de positions tranchées sur la question du désarmement ? Que signifie aujourd’hui « désarmer », au point d’en faire une condition figée pour aller aux élections, quand les protagonistes d’hier séjournent paisiblement de part et d’autre de la ligne de front ?

La question du désarmement est au cœur de tous les accords de paix, de Lomé à Ouaga en passant par Kléber, Pretoria et Accra. C’est tout un processus qui a besoin de moyens pour être mis en œuvre. Estimer que le désarmement consiste pour les forces nouvelles à aller parquer tout leur arsenal dans l’arrière cour de Gbagbo à Mama est un leurre qui n’est entretenu que par une horde de suiveurs dont la survie dépend de la longévité, selon les règles ou malgré elles, du pouvoir de Gbagbo. Le palais d’Abidjan est malheureusement truffé de ce genre de conseillers atypiques passés maitres dans la fabrication de facéties pour pérenniser leurs propres abus.

Ce n’est pas un secret que Gbagbo n’a pas gagné la guerre tout comme les Forces Nouvelle de Guillaume Soro ne l’ont pas perdu. La guerre ivoirienne s’est soldée par un match-nul salutaire, tel un «film western » ou chaque camp a conservé son territoire ainsi que sa puissance de feu, préférant fondre leur force et rejaillir de l’humus sale et nauséabonde de leur discorde, en une armée soudée, résolument républicaine et tournée vers l’avenir. Tous les accords, pourtant paraphés par les deux parties sont claires. Les forces en présence doivent être encasernées sous l’autorité du centre de commandement intégré (CCI), une brigade mixte composée d’un nombre égale d’éléments issus des deux forces.

Les dernières protestations du FPI qui demande, avec rare arrogance et non sans arrière-pensées, un désarmement unilatéral des FN avant les élections, se perçoivent chez les FN, comme une tentative de faire entorse à cette belle unanimité. C’est une revendication qui aurait reçu un avis favorable si le FPI ne s’était pas taillé un destin de traitre aux engagements auxquels il souscrit, avant de les renier de façon spectaculaire. Tel est cher lecteur la vraie équation du désarment dans notre pays. Plus qu’une simple volonté politique, c’est un problème de confiance et le coefficient de confiance à accorder au FPI s’est effrité au fil des accords de paix. Gbagbo a splendidement driblé, tour à tour et dans une confusion à couper le souffle, chefs d’état et médiateurs [nationaux comme internationaux], partis politiques et institutions.

C’est cet homme qui demande à son ennemi d’hier de déposer les armes avant les prochaines échéances électorales. Que feriez-vous cher lecteur à la place de Soro ? Bon débat !

Bakus vous salut !

Le Journal de Connectionivoirienne.net ; mars 31, 2010

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site