Lettre ouverte aux jeunes Ivoiriens : Engagez-vous pour vous-mêmes !

30 mai 2016 - 14:05
 

Jeunesse civ reconciliation

Les leaders politiques ivoiriens ont été bien souvent indexés dans nos propos écrits et oraux. Normal. Ce sont les figures de proues. Mais, un proverbe africain dit que quand on parle au chien, il faut aussi parler à l’os. Aujourd’hui, j’ai décidé de m’adresser à toi, ami(e) jeune.

Par Abraham Kouassi

À toi qui, depuis plusieurs années, a choisi de lier intimement ta vie au tango de nos chers leaders politique. Cher(e) ami(e), tu soutiens Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié, Guillaume Soro… Tu t’identifies à ces leaders, ces dirigeants qui vont assurément laisser une marque indélébile dans l’histoire de la Côte d’Ivoire. C’est ton droit de les aimer, les soutenir, voter pour eux… Et c’est normal.

Mais, cher frère, chère sœur, peux-tu te payer le luxe de mettre ta vie entre parenthèses pour eux ? Dois-tu sacrifier des amitiés, des liens de fraternité et de bonne cohabitation avec ton voisin, ton frère, ta sœur, une connaissance… juste pour faire le jeu de ces grands ? Réfléchis-bien.

Réfléchis-bien, car ceux pour qui tu cultives aujourd’hui la haine vis-à-vis de ton voisin, de ta voisine, ceux pour qui aujourd’hui tu es prêt(e) à mettre à mort ton frère ou ta sœur ne le feraient pas pour toi. Car, ils pensent avant tout à améliorer leur vie déjà bien réussie.

Ils sont déjà arrivés. Et toi ?

Alassane Ouattara va être président de la Côte d’Ivoire sans doute pendant dix ans. Avant cela, il a été gouverneur de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Il est ensuite passé au Fonds monétaire international (FMI). J’oubliais entre temps, il a été premier ministre de la Côte d’Ivoire. Il a bâti cette belle carrière pendant sa jeunesse. Et toi, que fais-tu de ta jeunesse ?

Laurent Gbagbo : le Woody national. Je sais que tu l’apprécies. Beaucoup d’ailleurs le trouvent attachant. Au cas où tu ne le saurais pas, le Woody a été président de ton pays pendant dix ans. Il a été député. Quand il était jeune, il a mené des luttes. Mais, il le dit souvent lui-même, il n’a jamais pris les armes contre qui que ce soit. Je te rappelle également que Laurent Gbagbo a obtenu le titre est chercheur à l'Institut d'histoire, d'art et d'archéologie africaine (IHAAA) en 1974. Il est également titulaire d'une maîtrise d'histoire de la Sorbonne (Paris). Il soutient enfin, en juin 1979, une thèse de « docteur d'université ». Il avait 34 ans en 1979 quand il soutenait sa thèse. Tu en as peut-être beaucoup plus aujourd’hui. Mais, que fais-tu pour toi-même ?

Je ne vais pas m’étaler sur le « vieux père » Bédié. Tu es sans doute de ceux qui rappellent, gorge déployée, que celui qu’on surnomme Nzuéba a été milliardaire à moins de 40 ans. Il a été plus jeune ambassadeur de la Côte d’Ivoire aux Nations Unies, etc.

La réconciliation, l’émergence… c’est d’abord nous !

Si je t’ai rappelé ce que tu sais sans doute déjà, c’est pour te faire comprendre combien il est important que tu penses à ta vie. Éloigne-toi de cette politique de la haine, de la violence qui ne t’a rien apporté ces dernières années. Parle à ton frère, à ta sœur. Montez ensemble des projets pour votre avenir, notre avenir, celui de notre pays. N’attends pas que la réconciliation vienne de ces leaders. Car, crois-moi, ils « mangent » mieux quand nous sommes divisés.

Ces quelques mots, je te les écris pour te dire que la Côte d’Ivoire doit être placée au-dessus des intérêts de trois ou quatre personnes. Soutenir un politicien, faire campagne pour lui, voter pour lui est un de tes droits. Je dirais même un devoir. Mais, haïr pour lui, tuer pour lui, casser pour lui, mettre ta vie entre danger pour lui est une bêtise. Et crois-moi, jamais celui que tu idolâtres ne portera avec toi le fardeau de cette bêtise.

De tout mon cœur, je te prie de ne pas attendre un mot d’ordre pour prendre ton frère ou ta sœur par la main et avancer sur la voie de l’épanouissement pour tous. Si je change, si tu changes, si tous changeons, eux seront obligés de changer. Car, comme on le dit, les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent. Une Côte d’Ivoire juste et réconciliée dépasse un mot d’ordre politique. Engage-toi cher frère, chère sœur... Engage-toi !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site