Deux magistrats sanctionnés pour avoir fait leur boulot

 

Le Chef de l’Etat Laurent Gbagbo vient de prendre un décret à l’insu du Ministre de la justice pour relever deux magistrats de leur fonction et les affecter dans une autre juridiction. Il s’agit du substitut du procureur résident de Divo et de celui de Sinfra. Motif de cette sanction : ces deux magistrats ont jugé irrecevable des plaintes pour radier plusieurs électeurs de la liste électorale provisoire, parce que la procédure en la matière n’a pas été observée. Voilà le crime que ces deux magistrats ont commis. Le camp présidentiel ayant mis en place une stratégie de radiation massive de pétitionnaires du listing électoral avec la complicité obligée  des magistrats. Celui qui osera aller à l’encontre des instructions   données par le grand Manitou, qui veut à tout prix gagner l’élection présidentielle, sait désormais à quelle sauce il sera mangé. Ne dit-on pas que qui veut aller loin ménage sa monture.

Quand je regarde dans le rétroviseur politique, cette affaire me rappelle une autre. Celle du juge Ballo Bi de Dimbokro qui avait délivré un certificat de nationalité à Alassane Ouattara et qui avait subit le courroux de Bédié, alors Chef de l’Etat. Le FPI à cette époque avait vivement dénoncé cette sanction qui foulait aux pieds l’indépendance des juges. Les hommes changent, les pratiques demeurent….

Après cela, on viendra expliquer au peuple que Gbagbo Laurent est le plus démocrate des présidents africains et patati patata…. Et de fois ce sont des intellectuelles qui se livrent à ce jeu. Quand les poches sont pleines, on est prêt à tout. Cette situation m’amène à me poser la question suivante : la Côte d’Ivoire est-elle un pays démocratique ?  Un pays où les juges sont sous la tutelle du pouvoir en place. Alors que l’indépendance de la justice est un élément fondamental de toute démocratie. En Afrique, on a l’impression que la démocratie se résume en l’existence de plusieurs partis politiques et en l’organisation d’élections. C’est désolant …..

Au moment où j’écris ce billet, j’apprends que le contentieux judicaire est suspendu par le Chef de l’Etat et le Premier Ministre jusqu’à nouvel ordre.

Ainsi va la démocratie ivoirienne sous la refondation !

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site