Les autochtones Bété sévissent

Depuis le vote du 31 octobre 2010, les allochtones baoulé, malinké, sénoufo et d'autres communautés résidant dans les villages et campements sur le territoire des autochtones bété, subissent, ça et là, des menaces, des intimidations, des coups et blessures, des humiliations de toutes sortes par leusr voisins d'hier, la communauté bété. Pour la seule raison qu'ils ont voté Bédié et Alassane ou un autre candidat que Gbagbo.
A Békipréa, village situé à une dizaine de kilomètres de Daloa, sur l'axe Daloa-Gboguhé, le couple Inza Karaboué et Mel Caroline sont expulsés. Parce qu'au dépouillement du vote, ils ont vu trois (03) bulletins autres que celui du candidat Gbagbo. La gendarmerie a été saisie ce samedi 6 novembre 2010.
Niouboua situé à une vingtaine de kilomètres sur l'axe Daloa-Saïoua, Sous-préfecture de Daloa. Dans cette localité, il y a eu un empêchement de vote, sur 580 inscrites, seules 160 personnes ont pu voter. Seulement à partir de 11h. Au décompte des 160 votants, il y a eu des voix contre Gbagbo. Ce qui a poussé les militants à violenter les allochtones. Depuis donc cette date, allochtones et autochtones se regardent en chiens de faïence. Les Droits de l'Homme de l'ONUCI et la Police de l'ONUCI y sont allés déjà deux fois. Ce matin samedi 06 novembre, ils y sont retournés parce que la menace d'affrontement demeure toujours. Selon nos sources, les autorités administratives n'osent pas lever le petit doigt malgré les interpellations des autorités politiques du RHDP.
A Loboguiguia, village situé à 15 kms de Daloa sur l'axe Daloa-Man, les allochtones ont été menacés dans l'isoloir. Où un militant du FPI était chargé d'indiquer le choix à faire entre les différents candidats. A l'issue de cette mascarade, Gbagbo n'a pas fait les 100%. Ce qui va pousser les jeunes du FPI à casser les clôtures de la Mosquée et à s'en prendre aux allochtones.
A Kéibla, village situé à 2 kms de Loboguiguia, la famille Fofana aura ses biens emportés par le feu et son bétail volé.
Dans la Sous-préfecture de Gboguhé, à Brakaguhé, après avoir empêché les gens de voter, certains ont été agressés à la machette. Ils ont eu la vie sauve grâce à l'intervention énergique du Docteur Lorougnon de l'UNG. Un ex DG de société d'Etat est, selon nos sources, l'instigateur principal dans la Sous-préfecture de Gboguhé. Où il y a eu des empêchements de vote dans les villages de Baléa 1 et 2, Yokoréa, Digbapia, Gosséa, Ziguédia.
A Batéguiguia, S/P de Gboguhé, le chef de village a pris l'initiative de voter à la place de tout le monde. Stratégie que les refondateurs veulent étendre à tous les villages pour ce 2e tour.
S/P de Bédiala, à Bonoufla, les militants ont été empêchés de voter sur l'initiative de Kader Goré, l'homme qui a offert 10 millions à Gbagbo et 2 4x4 d'une valeur 68 millions.
A Bandially, S/P de Bédiala, gros village de 25 mille habitants, un ex militaire a été le maître d'œuvre pour empêcher de voter.
Dans la S/P centrale, les menaces sur les 320 campements de Zépréguhé sont toujours persistantes, certains militants du PDCI sont menacés de mort. Ce samedi 06 novembre 2010, une délégation de 40 campements de ce secteur est venue confier son sort au RDR pour assurer leur sécurité vu l'insouciance des autorités administratives.
DJAHA
Correspondant Régional

Publié le lundi 8 novembre 2010   |  Le Nouveau Réveil





Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site